11 novembre, fête de la Saint Martin

Chaque 11 novembre en République Tchèque, vous vous devez de manger de l’oie accompagnée d’un verre de vin nouveau pour la Saint Martin ! C’est une fête très conviviale qui donne l’occasion de vivre à la tchèque !

Un peu d’histoire…

De nombreux sites racontent l’origine de cette fête bien mieux que moi, ici ou là ou encore , je vais donc la résumer le plus simplement possible : Saint Martin était soldat, un jour il a voulu aider un mendiant en lui donnant la moitié de son manteau. La nuit suivante, il rêva de Jésus-Chris portant cette moitié de manteau. Il s’est alors converti au christianisme, pour ensuite devenir évêque et n’a cessé de voyager, précédé par sa réputation de faiseur de miracles. Il est le saint patron des soldats, chevaux, cavaliers, des oies et des vignerons…. vous comprenez mieux le lien avec l’oie et le vin !

saint martin

Il était souvent décrit à cheval, ainsi quand on dit « Saint Martin arrive sur son cheval blanc », cela évoque les premières neiges. Mais cette période coïncide également avec la fin des travaux agricoles, l’occasion de fêter cela autour d’un bon repas et de goûter le vin issu des dernières vendanges. Quant aux oies, la légende dit qu’elles importunaient Saint Martin durant ses sermons, d’où leur funeste sort chaque 11 novembre…

Où fêter la St Martin à Prague?

Chaque année, toutes les brasseries proposent de l’oie au menu, vous aurez donc l’embarras du choix ! Des marchés sont également organisés avec des vignerons qui vous feront goûter leur vin, ainsi que des stands de pâté d’oie ou de restauration sur place, comme des hot-dogs d’oie ! Ces festivités ont lieu sur Naplavka le long des berges, ou bien sur la place Jiriho z Prodebrad, qui propose également des animations pour les enfants, comme l’arrivée de Saint Martin sur son cheval, des concerts…. c’est une fête très appréciée de tous ! Et attention : le vin nouveau est débouché à 11 heures précises ! Ces festivités ont lieu dans tout le pays.

Quelques photos prises samedi lors de cette fête qui vous donneront sûrement faim ! Je ne vous cache pas que le vin n’est pas le meilleur au monde, c’est un peu comme notre Beaujolais à nous (quoiqu’ici vous puissiez goûter du vin blanc, rosé ou rouge) mais c’est toujours très sympa de se mêler aux locaux et découvrir leurs traditions. Pour ma part, je n’ai pas résisté au plat de 800g (!) composé d’1/4 d’oie, de chou rouge et de knedliky! Dobrou chut!

Capture d_écran 2017-11-13 à 18.49.59Capture d_écran 2017-11-13 à 18.50.06Capture d_écran 2017-11-13 à 18.50.18Capture d_écran 2017-11-13 à 18.50.24Capture d_écran 2017-11-13 à 18.50.32Capture d_écran 2017-11-13 à 18.50.39Capture d_écran 2017-11-13 à 18.50.55

Weekend dans le sud de la Tchéquie : Austerlitz

Comme promis, voici toutes les informations pratiques concernant mon périple dans le sud de la République Tchèque il y a quelques semaines!

J’emploie le mot périple, car le site d’Austerlitz et le village de Český Krumlov ne sont pas tout proches: l’un se situe un peu après Brno au sud-est et l’autre après České Budějovice au sud-ouest ! Je vous recommande plutôt de visiter l’un ou l’autre sur un weekend, car cela fait beaucoup de route sur un weekend, même si cela m’a permis de découvrir les paysages somptueux du Canada tchèque.

map-cr

J’ai décidé de découper mon récit en 3 articles, on commence donc par Austerlitz. 

Austerlitz est le nom allemand du village Slavkov u Brna. C’est ici qu’a eu lieu la bataille d’Austerlitz en 1805. Pour y aller de Prague, en théorie c’est très simple, il suffit d’emprunter la D1.

Capture d_écran 2017-11-03 à 17.25.17

Sauf que la D1, c’est un enfer. Il y a au moins 10 zones de travaux tout le long, vous avez des embouteillages monstres en quittant Prague et en approchant Brno, même un samedi matin tôt…. Je vous recommande l’application mobile Waze, qui m’a sauvée le vie, et m’a permis de prendre les petites routes pour éviter les bouchons. Vous connaissez certainement cette appli, elle vous trouve le meilleur itinéraire en prenant en compte la situation réelle du trafic.

Que voir à Slavkov u Brna? Une exposition dédiée à Napoléon et à côté, un mémorial. A noter : les expositions ferment tôt, souvent à 16h, il faut donc s’organiser pour ne pas arriver trop tard.

L’exposition sur Napoléon est visible au Château de Slavkov situé en plein centre ville. Adresse: Palackého náměstí 1, 684 01 Slavkov u Brna

 

Capture d_écran 2017-11-03 à 17.39.05

(Crédit photo: Ladislav Renner)

Malheureusement la visite du château n’est possible que sous forme de visite guidée en tchèque, donc je ne vous la conseille pas (et il y a des châteaux autrement plus beaux à proximité, comme celui de Lednice). L’exposition sur Napoléon a lieu dans les anciennes écuries du château, l’entrée coûte 120 czk avec un audio guide pour 50 czk. Ce que j’en ai pensé: tout est écrit en tchèque, donc l’audio-guide devrait logiquement apporter une explication en français. Or il s’agit uniquement de traduire TOUT ce qui est noté et je dois vous avouer que la voix est particulièrement monotone, surtout lorsque celle-ci énumère une liste interminable de dates. Pas vraiment dynamique ni synthétique. J’étais un peu déçue part cette exposition, mis à part quelques uniformes, armes, une carte qui montrait sur 24h la progression des troupes françaises, je n’ai pas trouvé cela très informatif. A faire si vous passez dans le coin, mais n’allez pas faire 3h de route pour cette exposition.

Le mémorial de la paix est situé à 5 minutes en voiture du village de Slavkov sur la colline de Pracký kopec, érigé en mémoire des victimes de cette bataille. Il semblerait qu’il y ait un musée interactif (en français) que je n’ai pas visité car fermé.

C’est pour moi un arrêt incontournable si vous passez près de ce lieu, parce qu’on connait tous cette bataille, et s’arrêter au mémorial, prendre le temps de regarder le paysage, s’imaginer que Napoléon et ses troupes sont venus jusqu’ici à pied ou à cheval, repenser à ce chef d’oeuvre de tactique militaire face aux troupes autrichiennes et russes, on ressent quelque chose d’assez spécial. Imaginez : le 2 décembre 1805, 160.000 hommes sur un champ de bataille de 150km2 tout au plus, une bataille des trois Empereurs qui dura moins de 24 heures…

Et Napoléon n’a-t-il pas dit …

« Il vous suffira de dire : j’étais à la bataille d’Austerlitz, pour qu’on réponde : voilà un brave ! »

Bon plan : si vous venez le premier weekend de décembre, vous ne serez pas déçus : une reconstitution de la bataille d’Austerlitz est organisée, avec plus de 1000 figurants! Pour participer à la commémoration de cette année, le samedi 2 décembre, vous trouverez toutes les informations ICI .

En voici un aperçu daté de 2013 :

 

Pour en savoir plus sur la bataille d’Austerlitz, je vous ai trouvé un reportage :

 

Voici quelques photos prises lors de mon weekend :

Capture d_écran 2017-11-03 à 18.32.29

Capture d_écran 2017-11-03 à 18.29.46xCapture d_écran 2017-11-03 à 18.30.15Capture d_écran 2017-11-03 à 18.30.51Capture d_écran 2017-11-03 à 18.31.02

Capture d_écran 2017-11-03 à 18.33.30Capture d_écran 2017-11-03 à 18.31.36Capture d_écran 2017-11-03 à 18.31.47Capture d_écran 2017-11-03 à 18.31.59Capture d_écran 2017-11-03 à 18.32.40

Dans un prochain billet, je vous parlerai du Canada tchèque, d’un bon plan logement, et d’une rencontre avec un restaurateur français amoureux de la campagne tchèque!

Blandine

 

28 octobre, fête nationale tchèque

Les Tchèques célèbrent leur fête nationale le 28 octobre. Que signifie cette date exactement, et à quand remonte cette fête? Quelques explications s’imposent, et il faut remonter au 16ème siècle!

1526 – Mise sous tutelle 

En 1526, les Tchèques intègrent l’Empire des Habsbourg, et cette mise sous tutelle durera jusqu’à….. la 1ère guerre mondiale!

1848 – Renaissance tchèque

Ce qu’on appelle le « Printemps des Peuples » est une vague de révolutions dans les villes européennes en 1848, sur fond de crise économique. La révolution industrielle est passée par là et n’est pas sans conséquence pour la société: exode rural, chômage, famine, maladies, le climat social est tendu. L’Empire autrichien demeure rigide, refusant toute réforme. Des émeutes éclatent à Prague, les Tchèques réclamant l’égalité de droits avec les Autrichiens. Bien que réprimés, ces soulèvements démontrent l’envie qu’ont toujours eu les Tchèques de retrouver leur indépendance.

1914 – Résistance

Un nom à retenir, celui de Tomáš Masaryk: né en Moravie, issu d’un milieu modeste, il était professeur de philosophie avant de devenir député du parti des jeunes Tchèques à Vienne. Masaryk militait pour une réforme de la monarchie des Habsbourg, car il souhaitait davantage d’autonomie pour les peuples au sein de l’Empire.

Quand la Première Guerre Mondiale éclate, Masaryk fuit à Paris et continue sa lutte pour l’indépendance tchèque. Selon lui, la seule façon d’y accéder est de coopérer avec le peuple slovaque. Avec Edvard Beneš, universitaire, et Milan Rastislav Štefánik, scientifique, ils vont créer le Conseil National tchécoslovaque, et organiser la résistance face à l’Empire austro-hongrois depuis Paris. Des volontaires tchèques et slovaques vont combattre aux côtés des alliés pendant la guerre, lesquels reconnaitront le Conseil National comme représentant légitime des peuples tchèques et slovaques.

vlast

De gauche à droite : Masaryk, Štefánik, Beneš  (Source: vlast.cz) 

1918 – Indépendance de la République Tchécoslovaque

A la chute de l’Empire austro-hongrois, un gouvernement tchécoslovaque provisoire est créé à Paris le 14 octobre 1918 avec à sa tête Masaryk, qui oeuvre pour que la France, l’Angleterre et les Etats-Unis reconnaissent officiellement l’indépendance de la Tchécoslovaquie. Ce sera chose faite quelques jours plus tard avec la Déclaration de Washington. La Tchécoslovaquie indépendante est proclamée le 28 octobre 1918 à Prague face à une foule en liesse et un mois plus tard, Masaryk est élu président. C’est ce jour que célèbrent les Tchèques en tant que fête nationale.

 

Depuis….

Cette joie fut de courte durée car l’Allemagne démantela la Tchécoslovaquie en 1939 et la partie tchèque devint le Protectorat de Bohême-Moravie. Lorsqu’en 1948 les communistes prirent le pouvoir, ils renommèrent cette fête la « Journée de Nationalisation du Patrimoine ». Remise au goût du jour temporairement en 1968, la fête nationale fût célébrée de manière définitive à compter de 1992.
A noter, la Slovaquie ne célèbre plus ce jour. Au sein de la Tchécoslovaquie, la Slovaquie s’est toujours sentie un peu lésée par rapport aux Tchèques et aspirait à davantage d’indépendance, ce qui fut chose faite en 1993. La Slovaquie célèbre sa fête nationale le 1er janvier, en référence au 1er janvier 1993 lorsqu’elle s’est séparée de la partie tchèque. Les Tchèques quant à eux restent attachés au 28 octobre 1918 qui signait le début de l’âge d’or pour la Tchécoslovaquie sous Masaryk, période qui dura de 1918 à 1935.

 

Aujourd’hui

Le 28 octobre, il se pourrait que l’activité de Prague soit moins dense ce jour-là. Je vous ai néanmoins trouvé deux activités en lien avec la fête nationale :
  • Vous pouvez en profiter pour venir écouter Ma Vlast (Ma Patrie) si chère au coeur des Tchèques, du compositeur Bedrich Smetana à la Maison Municipale à 18h. Plus d’infos: www.fok.cz, billets à partir de 400 czk.
  • Si vous souhaitez en savoir plus sur Masaryk, une exposition lui est dédiée au Musée National. Adresse : Vinohradska 1, Prague 1. Bon plan: la visite est gratuite le jour de la fête nationale, de 10h à 18h. Sinon l’expo court jusqu’à fin janvier. Pour plus d’infos : c’est ici !
 Sources: wikipédia, radio.cz, années-noires.fr, ouest-france.fr

Obecní dům, joyau de la ville

Hier je me suis rendue à Obecní dům (Maison Municipale en français) pour assister à un concert de musique classique. Dès que j’en ai l’occasion, je me rends dans ce lieu absolument sublime, fascinant pour plusieurs raisons :

Le lieu 

A ce même emplacement se trouvait le Palais des Rois de Bohême aux 14 et 15ème siècles. Si vous partez de cet endroit pour rejoindre le château de Prague, vous passerez par la Tour Poudrière, la rue Celetna, la place de la Vieille Ville, la rue Karlova… sans savoir qu’il s’agissait de la « voie royale » empruntés par les rois de Bohême pour se rendre à leur couronnement à la cathédrale St Guy!

Son histoire

La Maison Municipale telle qu’on la connait aujourd’hui date du début du 20ème siècle. C’est d’ici qu’a été proclamée l’indépendance de la république tchécoslovaque en 1918. C’est aussi ici qu’ont eu lieu les négociations entre le Forum civique – avec Vaclav Havel comme leader de ce mouvement contestataire – et le parti communiste suite à la Révolution de velours en 1989.

Son architecture

Ses plans ont été dessinés par des acteurs majeurs de la Sécession tchèque, courant artistique qui s’inspire de l’Art Nouveau autrichien. De nombreux artistes de l’époque ont participé à ce projet, dont le peintre Alfons Mucha, qui était également architecte et décorateur d’intérieur.

La Maison Municipale a été conçue avec une salle de spectacle et plusieurs salles d’expositions. Elle abrite également un café et un restaurant. L’idée était ici d’offrir aux Pragois un lieu culturel d’exception contribuant au rayonnement de Prague.

Aujourd’hui 

Obecní dům reste un vrai bijou d’architecture qui mérite une visite si vous en avez l’occasion, ne serait-ce que pour faire une pause dans le café (il est tout simplement magnifique, surtout les lustres!) N’hésitez pas à chercher si un concert ou une exposition a lieu en ses murs, vous pourrez ainsi admirer son somptueux décor.

En savoir plus

  • Vous trouverez le programme des concerts et expositions ici .
  • Pour en savoir plus sur son architecture, et sur le courant Sécession, je vous ai trouvé un article très complet sur le site de Radio Prague.
  • Pour un tour virtuel du café, cliquez ici ou  !

Voici quelques photos prises hier avant le concert. Je reste éblouie par le plafond en verre de la salle Smetana qui ressemble à une émeraude sertie de petits diamants!

ObecObec1obec2obec3obec4obec5

 

Sources: wikipédia, Radio Prague, site officiel d’Obecni Dum. 

Crédit photo vue d’extérieur: KiniaKinia/Wikimedia

 

 

 

21 août 1968

J’ai envie de partager avec vous sur ce blog mes bons plans, mais également un peu de l’histoire de la République Tchèque. Il y a des dates importantes dans l’année, certaines sont célébrées, d’autres restent gravées comme des journées noires pour les Tchèques. Le 21 août fait partie de cette deuxième catégorie.

Je ne vais pas vous faire une leçon d’histoire, j’ai plutôt cherché des informations qui pourraient intéresser ceux d’entre vous qui veulent en savoir plus.

En bref. 

Il y a exactement 49 ans, au matin du 21 août 1968, des troupes blindées d’un total de 300.000 hommes ont envahi dans la nuit la Tchécoslovaquie sur décision de Leonid Brejnev et des dirigeants du Pacte de Varsovie. Le couvre-feu est décrété entre 22 heures et 5 heures du matin, il est interdit de se rassembler, la censure est renouvelée.

Cette invasion a mis fin à l’expérience du Printemps de Prague, débutée en janvier 1968 sous l’impulsion d’Alexander Dubček, Premier Secrétaire du Parti communiste tchécoslovaque. Dubček introduit des réformes libérales, comme la liberté de la presse, la liberté d’expression et de circulation. Mais le Printemps de Prague n’est pas au goût de l’URSS qui envoie chars et soldats pour imposer une « normalisation ». La plupart des réformes seront abandonnées, une surveillance rapprochée de milliers de citoyens est instaurée. Cette occupation soviétique entrainera une vague d’émigration parmi la population tchécoslovaque.

Une vidéo.

Voici des images d’archives, en français.

 

Un photographe.

Il s’agit de Josef Koudelka. Photographe français d’origine tchèque, il a aujourd’hui 79 ans et vit à Paris. A l’âge de 30 ans, il a photographié l’invasion des troupes du Pacte de Varsovie, et pour l’anecdote, ses clichés ont été publiés aux Etats-Unis de manière anonyme tout d’abord, sous les initiales « P.P » pour Prague Photographer par l’agence Magnum. C’est ainsi qu’il reçut le prestigieux prix Robert Capa, sans que son nom ne soit mentionné. Ce n’est que 16 ans plus tard qu’il s’en attribua la paternité.

Voici un LIEN vers le site Magnum pour voir ses photos.

Un livre. 

Koudelka a publié un livre de ses photos prises le 21 août 1968 que je vous conseille, l’ayant moi-même acheté. Ce livre est un must pour tout ceux qui s’intéressent à l’histoire de la République Tchèque.

invasion

Vous le trouverez ici chez Amazon ou mieux encore, vous pouvez le commander chez votre libraire habituel.

Une photo

S’il n’y avait qu’une photo de Koudelka à retenir, ce serait sans doute celle-ci:

koudelka

Il est midi, le photographe capture cette avenue déserte avec une montre au premier plan, témoignage du désespoir ambiant, mais aussi symbole de résistance avec ce poing serré.

Pour l’anecdote encore ici, tout le monde pensait qu’il s’agissait de la main du photographe mais en vérité, il s’agit d’un homme monté sur un échafaudage à côté, et qui s’est d’ailleurs reconnu bien plus tard ! Une interview très intéressante de Koudelka sur cette journée du 21 août est disponible ici. 

Un texte. 

Vaclav Havel qui faisait partie des dissidents tchèques à l’époque, a écrit ce texte en 1998 « Nous, citoyens de 1968″. Je vous invite à le lire car il met les choses en perspective: alors que la France se souvient de ses étudiants dans la rue en 1968, les Tchèques gardent quant à eux un souvenir ambigu de cette année, avec cette tentative avortée de démocratisation.

Un homme.

Jan Palach, jeune étudiant de 21 ans, s’immolera par le feu en janvier 1969 au pied de la statue Venceslas pour protester contre l’indifférence de la population face à l’invasion militaire soviétique d’août 1968. Tout le monde connait le nom de Jan Palach, j’en ai entendu parler tout de suite en arrivant à Prague car pour les Tchèques, il est le symbole de la lutte contre l’occupation soviétique.

Un film se tourne actuellement à Prague sur Jan Palach, une reconstitution de l’invasion des chars a d’ailleurs eu lieu récemment. Radio Prague vient de publier un article à ce sujet: AOÛT 1968 : UN DRAME VÉCU PAR LES PRAGOIS, ET PARMI EUX JAN PALACH

(Sources: wikipédia, futura-sciences.com, larousse.fr, herodote.net)

Dates-clés : les 5 & 6 juillet

hus2

Les 5 et 6 juillet sont fériés en République et sont des jours très importants dans la culture tchèque. Le 5 juillet, on célèbre l’arrivée des apôtres slaves Cyrille et Méthode qui, aux alentours de 863, apportèrent le christianisme sur le territoire de la République tchèque actuelle. Le lendemain, le 6 juillet, on commémore une triste date de l’histoire tchèque: en 1415, Jan Hus, le réformateur tchèque de l’Eglise catholique, fut brûlé sur le bucher à Constance.

De nombreuses festivités s’organisent autour de ces évènements, théâtre, musique classique, marché médiéval… et ce dès le samedi 4 juillet, car cette année cela fera 600 ans que Jan Hus est mort. Au programme entre autres:

  • Samedi à 22h30: vidéo mapping sur la Place de la Vieille Ville (je vous le conseille !)
  • Dimanche: toujours au même endroit, de nombreuses animations dès 13h30
  • … lesquelles continuent toute la journée du lundi.

Le programme complet se trouve ICI (en anglais – je vous recommande sinon de vous y rendre spontanément et de voir ce qu’il s’y passe). Rendez-vous également sur le marché aux fruits (Karolinum, The Fruit Market 3 (en tchèque Ovocný trh), Prague 1 où le programme s’adresse davantage aux familles avec enfants.

Pour en savoir plus sur la vie de Jan Hus, Radio Prague a publié un article complet à son sujet: biographie

Bière = Pivo

Me voici de retour sur ce blog que j’ai lancé il y a de cela 6 mois ! Je n’ai pas pu m’y consacrer autant que je le souhaitais, mais j’espère pouvoir me rattraper durant l’été. Pour ceux qui comptent passer leurs prochaines vacances à Prague, n’hésitez pas à m’envoyer vos questions sur lesbonsplansdeprague@gmail.com, je vous répondrai individuellement et me servirai de vos questions pour mes prochains posts.

Le sujet du post aujourd’hui provient d’une question envoyée par Simon : « Je suis un grand amateur de bières, et prévois de passer quelques jours à Prague. Je recherche des bons plans qui ne figurent pas sur Trip Advisor ou sur d’autres forums touristiques. »

images (1)

Prague est la destination idéale pour les amateurs de bières. Savez-vous que les tchèques sont les plus gros consommateurs de bière au monde ? 148.6 Litres par personne et par an. A titre de comparaison, les français en consomment… 30 litres.

Une bière coûte aux environs d’1 euro pour un demi-litre. A noter: si vous ne spécifiez pas que vous souhaitez une petite bière, c’est ce qu’on vous servira automatiquement !

Quelques expressions utiles :

La bière se dit Pivo.

Une bière s’il vous plaît = Jedno pivo prosím (prononcez iédno pivo prosim)

Une autre s’il vous plaît = Ještě jedno prosím (prononcez iéshtié iédno prosim)

Une petite bière = malý pivo

Une grande bière = velký pivo

Les tavernes sont à la République Tchèque ce que les cafés sont à la France. Vous n’aurez aucun mal à trouver votre bonheur à tous les coins de rue.

Les 3 bières principales sont :

  • Staropramen, bière praguoise
  • Gambrinus
  • Pilsner que vous connaissez sûrement déjà

images staropramen1_largeGambrinus

Néanmoins il existe énormément de petits producteurs, que je vous conseille de tester. La bière tchèque est légère en comparaison des bières belges, c’est pourquoi vous verrez tout le monde en boire, hommes, femmes, tous âges confondus. C’est LA boisson nationale. Moins chère qu’une bouteille d’eau ou qu’un café !

Personnellement, j’aime beaucoup Bernard.

images (2)

Pour tester une large palette de bières, allez au Prague Beer Museum : il s’agit d’un bar qui propose une carte uniquement composée de bières tchèques. Ce bar propose une dégustation de bières, c’est à ne pas manquer. L’été, vous pourrez profiter de la terrasse dans le fond de la salle, et le soir c’est un endroit stratégique car ce bar est situé dans la rue des bars, Dlouhá, dans la Vieille Ville de Prague.

Prague Beer Museum

http://www.praguebeermuseum.com/

Adresse : Dlouhá 46, Prague 1-Staré Město

9

1

Si vous souhaitez visiter une brasserie, je vous conseille la brasserie Staropramen : certes, celle-ci est touristique mais il s’agit de la brasserie de la ville, ce peut être une visite intéressante. Cette brasserie se situe dans le quartier d’Anděl, facilement accessible par la ligne jaune du métro, arrêt Anděl.

Brasserie Staropramen

www.staropramen.com

Adresse : Pivovarska 9, Prague 5 – Anděl.

Métro : ligne B, station Anděl.

Tram : No 7, 12, 14, 20, station Na Knizec

Ouvert de 10h a 18h

La visite dure 50 min et se fait en anglais à certains horaires (indiqués sur le site)

Ce sont donc deux endroits qui plairont à ceux qui veulent en savoir plus sur les bières tchèques et leur processus de fabrication, ou bien simplement découvrir de petits producteurs locaux.

Browar_Starobramen_-_Praga

Je m’adresse maintenant à ceux qui veulent connaitre des endroits sympas pour boire tranquillement une bière.

Incontournable dans la culture tchèque : les beer gardens. Souvent situés au milieu d’un parc, il s’agit d’une buvette avec tables et bancs. Si vous souhaitez vivre comme un tchèque, il faut y aller. J’en recommande 3 :

  • Beer garden de Letna : celui-ci jouit d’une formidable vue sur la ville. Il est très simple à trouver. Sur votre carte vous verrez la rue Pařížská qui relie la place de la Vieille-VIlle à la rivière. Letna se trouve de l’autre côté de la rive, il vous suffit de suivre le chemin qui monte et vous atteindrez le parc de Letna. Le beer garden se situe sur la droite. Je le recommande fortement, tout comme le parc.

letna-beer-garden

letnabeergarden_08

  • Beer garden de Riegrovy Sady : celui-ci s’adresse aux aventuriers qui souhaitent quitter le centre historique de Prague. Il se situe dans Prague 2, dans le quartier de Vinohrady, il suffit de prendre la ligne verte du métro arrêt Jiřího z Poděbrad, et de descendre la rue de Manesova. Le parc se situe sur la droite. Le beer garden est connu de tous car il diffuse régulièrement les événements sportifs importants. Je vous le recommande, en associant un verre au beer garden avec un pique-nique dans le parc. Il offre une superbe vue sur le château, avec le soleil couchant.

riegrovy-sady-beer-garden

riegrovysadybg_02

  • Enfin pour les amateurs de musique, je vous conseille Nominanza river, le petit beer garden caché près de Narodni Divadlo, le théâtre national. En face du théâtre, vous verrez le café Slavia. Il vous suffit de traverser la rue et de baisser la tête : en effet le beer garden se situe près du pont en bas sur la droite. Il y a souvent un musicien qui joue chante et joue de la guitare sur de vieilles reprises de rock. Bonne ambiance, en plein centre de Prague.

slavia

69807471_8r5FiC3gwNB4ecL58jBqaVzD9Eisk6cbIThlB2pINSc

Mon post ne serait pas complet sans évoquer Náplavka. Sur les quais le long de la rivière, près de la Maison qui Danse (l’immeuble que l’on appelle la Dancing House), c’est l’endroit où aller en fin de journée / soirée. Tous les tchèques s’y retrouvent pour boire une bière sur une des péniches stationnées là, il y a toujours un évènement, un concert, des démonstrations de danse… Pour moi c’est véritablement le cœur de Prague, c’est la Bohème dans sa douceur de vivre, son rythme sans stress. A faire absolument. La bière ne manque pas, et chaque samedi matin, cet endroit se transforme en marché de producteurs locaux. J’en parle car c’est vraiment un phénomène récent : auparavant les tchèques n’avaient pas cette habitude que nous avons de faire notre marché. Ca grouille de monde, et c’est l’opportunité de ramener de la confiture locale, des pâtisseries maison, et bien sûr de boire une bière ! Il est possible de manger sur place, c’est vraiment un excellent endroit pour un samedi matin/midi.

Capture

img_2234

Note: le weekend dernier, Náplavka a célébré pour la seconde année consécutive la bière, avec un festival de micro-producteurs. Amoureux de la bière tchèque, conservez précieusement ce lien pour connaitre les dates l’année prochaine!

La liste pourrait être très longue mais j’ai préféré vous parler de quelques endroits appréciés les locaux. La bière se trouve partout, mais autant la boire dans un lieu sympa!

Na zdraví! (Santé !)

Blandine

Crédits photo: zazzle.fr, praguebeermuseum.com, wikipedia.com, pivnilaznebernard.cz, praguebeergarden.com, foursquare.com, prague-up.com